SONY DSC

SONY DSC

Moi menteur?… Finalement oui … C’est possible! Dans cet article on va se pencher sur LE MENSONGE. Ce n’est que le premier « MAL » d’une longue liste hélas !

Quand le mensonge nous voile la face
Combien de fois s’est-on menti, parce que voir la vérité en face était trop dur ?.
Si dur, que sans même le réaliser, nous nous sommes menti. C’est parfois, avec le temps, quand les choses ont été mises à plat, que notre petite voix intérieure nous a murmuré :
Tu t’en doutais mais…tu n’as pas voulu voir.
En fait, nous étions entrés dans un espèce de jeu pervers, en sur-valorisant les côtés positifs de notre histoire, pour pouvoir supporter ce qui n’allait pas. Dans d’autres cas, on se voilait la face en se culpabilisant. Ou encore, on se sous estimait pour arriver à justifier l’intolérable.

Certaines personnes, prises dans les filets de ce genre de scénario, ont fait le vide autour d’elles, pour ne pas ouvrir les yeux sur l’absurdité de la situation. Ceux qui s’intéressent à nous, risquent de nous envoyer une réalité que nous ne sommes pas prêts à entendre, parce qu’elle n’est pas celle que nous avons crée.
Bien installés, au cœur des habitudes, nous pouvons nous rouler dans le mensonge, au point d’y croire dur comme fer. Quel traumatisme ! se lever un jour et se dire :
Ce n’est pas ça que je veux vivre, je suis malheureux, c’est insupportable !
Cet état d’esprit soudain, bouleverserait l’enfer que nous avons eu tant de mal à mettre en place. Est-ce la peur qui sonne l’alerte dans notre cerveau reptilien ? Vous savez ce fameux cerveau qui assure notre survie et qui réagit pour nous protéger du danger. Le déni est une forme d’auto protection.

Menteur mytho
On peut aussi se mentir sur qui on est. Là, on n’a besoin de personne pour s’inventer une situation, des qualités etc…. que l’on a pas. L’être humain a une imagination féconde quand il s’agit d’embellir la réalité. Il est capable de s’installer une vie parallèle qui colle à celui qu’il veut être ou à ce qu’il aimerait vivre.
Danielle parlait souvent de ses voyages aux quatre coins du monde. Elle avait dû les faire en lisant, mais elle préférait se les approprier. L’auditoire était passionné par sa rencontre avec les singes ou lors de son incursion dans la forêt Amazonienne. On a commencé à sentir l’esbroufe, quand un vrai baroudeur l’a confondue. Depuis on ne l’a plus revue. D’après mes infos, elle est dans un autre groupe d’amis, elle les fait rêver, en évoquant cette fois, le pays des esquimaux.
C’est un exemple extrême, parce que Danielle y croyait vraiment. A ce niveau, on peut parler de pathologie.
Mais prenons le cas de ces gens qui mentent en toute conscience, en s’inventant des emplois du temps de ministres ou qui sont amis avec telle ou telle célébrité. Il y a aussi ceux qui pleurent misère alors que leurs revenus sont très confortables. Quant à ceux qui prétendent séduire en claquant des doigts, ou qui s’imaginent que celles ou ceux qu’ils croisent tombent sous leur charme, ils sont légion.

SONY DSC

SONY DSC

Le menteur tchatcheur
Ils ou elles se révèlent souvent pendant le jeu de la séduction. Ils s’inventent des métiers, des loisirs, des traits de caractère qui ne sont que le fruit de leur imagination.
Ainsi Caroline a rencontré un beau gosse musclé qui prétendait travailler dans les services secrets, ce qui expliquait des absences plus ou moins longues. En fait, il était marié.
Il y a aussi Sébastien qui épris de la douce Aurélie, se souviendra longtemps de ce début d’histoire d’amour. Aurélie s’était présentée comme une femme rieuse, aimable, calme. En fait, son visage d’ange cachait une femme possessive, colérique et d’une jalousie maladive. Il eut un mal fou à s’en séparer.
Les tchatcheurs menteurs parcourent aussi la vie professionnelle, comme celui ci, qui prétendait être un excellent pianiste alors qu’il n’avait fréquenté que la méthode rose ( méthode pour débutants).
Quant aux relations ou amis qui nous entraînent dans des magouilles abracadabrantes et qui nous mettent dans l’embarras, vous avez dû en connaître non ?
Pour moi c’est du vécu.
Une amie m’avait demandé de dire à son mari qu’elle était chez moi. Elle prétendait aller voir sa mère malade et comme son époux le lui interdisait, parce qu’il était fâché avec la vieille dame, j’ai cédé. Quand il m’a téléphoné, j’ai prétendu qu’elle était venue me voir. Malheureusement, la vérité éclata au grand jour quand elle le quitta et qu’elle lui dit :
Ça fait longtemps que c’est fini pour moi. Même le soir où tu croyais que j’étais chez Viane, j’étais avec mon amant.
J’avais perdu deux amis et en prime, l’homme m’a tenu des propos que je ne répéterai pas ici.
Menteurs sincères
C’est une espèce répandue. Ils brassent de l’air toute la journée, enchaînent des projets, et sont vraiment occupés. Là où ils se mentent, c’est que ce qu’ils sont entrain de faire, va rester dans les tiroirs alors qu’ils annoncent à qui veut l’entendre, qu’ils sont sur le « coup du siècle ». Ils souffrent, parce qu’à un moment donné, leur vie est restée à la traîne. Ils ont été et ne sont plus, alors ils ont besoin de garder le rythme « d’avant » pour accepter leur existence. Ils sont dans la zone de l’espoir. Une bonne prise de conscience pourrait les aider à réaliser que continuer de « faire » c’est bien, mais qu’il est nécessaire de réactualiser les acquis, de se remettre en question.
Ceux, qui en revanche, sont bien ancrés dans leur époque et qui ont ce genre d’attitude, sont en décalage. Leur réalité et la réalité de leur vie leur échappe.
Leur réalité, est ce qu’il pense être et la réalité, est ce qu’ils sont vraiment. Une fois encore, la prise de conscience serait salutaire. La connaissance de soi permet de ne pas passer à côté de sa vie.

SONY DSC

SONY DSC

Le mensonge de la promesse non tenue
Et puis, je parlerai de toute une fange de la population qui se crée des prétextes pour ne pas faire ce à quoi ils s’étaient engagés.
— Oui, je dois reprendre le sport – dit Julien – mais en ce moment c’est impossible, je n’ai pas une minute à moi.
— Je devrais réviser, mais depuis une semaine, j’ai des maux de tête horribles.
— La prochaine fois, je te promets de rentrer plus tôt
Mais comme à l’accoutumé, « la prochaine fois » n’existe qu’au moment de la promesse.
ETC….

Posons-nous les bonnes questions
Se décrasser le mental en commençant par s’aligner avec soi, favorise le dynamisme intérieur, ouvre une créativité lumineuse, nous permet de mieux maîtriser notre vie, de nous affirmer et de dégager de l’espace.

Sur quoi vous mentez-vous dans votre vie ?
Qu’est ce que vous craignez au point que vous refusez de mettre les vrais mots dessus ?
Qu’est-ce que vous risquez si vous décidez de refuser une situation qui ne vous convient plus ?
Par quoi pourriez-vous commencer pour être en harmonie avec vous ?

Le mensonge est le premier d’une longue liste
Dans cet article, je ne parle que du mensonge, mais ça ne s’arrête pas là. LE MAL QUE NOUS NOUS FAISONS, affecte plusieurs compartiments de notre vie et à plusieurs niveaux. Nous sommes tous concernés, parce que dans l’énoncé de « nos travers », il y a fort à parier, qu’à la lecture d’un chapitre, nous nous reconnaîtrons.
Où en est –on avec nos mouvements d’humeur, nos ras le bol, notre mauvaise foi ? là je n’en cite que trois mais la liste est longue.

Viviane Mercier