QU’EST-CE QUE L’INTUITION ?

L’intuition est une sorte de radar intérieur qui « s’allume » quand on n’est pas en mode « je raisonne ».

A partir de là, une impression de « quelque chose » se manifeste en nous, soit par des ressentis ou par l’interprétation de signes perçus par notre corps (douleurs, frissons, chair de poule), nos sens ; un son, une forme, une odeur etc….

LES TROIS INGRÉDIENTS QUI FAVORISENT L’INTUITION :

1° La conviction d’avoir cette capacité
2° L’intention de dégager de l’espace à notre sensibilité profonde
3° Le plaisir de pratiquer.
On a tous dans le cerveau le canal de l’intuition, parfois il sonne la charge mais pas systématiquement si on ne vient pas le chercher, s’il n’a pas l’habitude d’être présent dans nos pensées.
Certains croient que l’intuition est en « option » ou un don, parce qu’ils n’ont aucun ressenti. C’est Faux ! Nous sommes tous équipés de cette faculté, elle est à portée de notre main, pour qui se donne la peine de l’éveiller.

girl-206144_1280

COMMENT DÉVELOPPER L’INTUITION ?

Par un entraînement quotidien comme pour nos autres possibilités. Plus on pratiquera, plus l’intuition fera entendre sa voix. Les conférenciers s’entraînent à parler, le pianiste fait ses gammes, le marathonien court régulièrement pendant des heures etc… pour l’intuition c’est pareil.

EXERCICES :

Dès le réveil, prenez quelques minutes avant de vous lever, ne bougez pas et essayez de ramener avec vous les sensations de la nuit.
Comment vous sentez-vous ? Bien, mal, ni bien ni mal ?
Quelles sensations ramenez-vous ? Heureux, malheureux, angoissé ?

Orientez votre mental en essayant de ressentir ce qu’il se passe autour de vous.
Quelle est l’ambiance de la maison ?
Quelle est l’ambiance de la rue ?…
Comment je me sens ?
Y a-t-il des signes ?
Que m’inspire cette personne ?
Comment je ressens cette situation ?
Il se peut que les premiers jours vous ne perceviez rien parce que vous n’avez pas l’habitude de vous mettre « à votre écoute ». Au fur et à mesure, vous aurez des indices, des signes, des ressentis. Notez les. Écrivez ce qui ne vous paraît pas habituel, comme par exemple, la forme d’un nuage, la branche d’un arbre, une sensation lorsque vous pénétrez dans un lieu, une chanson qui s’impose en vous, une page sur internet qui parle de votre préoccupation etc…

Avant d’aller quelque part, retirez-vous seul quelques minutes. visualisez votre déplacement, l’ambiance que vous trouverez là bas. Une fois sur le chemin, cherchez si des signes se manifestent pendant le trajet. Tendez l’oreille en vous. Êtes-vous détendu, inquiet, triste, énervé, joyeux ? Y a-t-il dans le paysage quelque chose qui attire le regard, une odeur qui flotte dans l’air, un animal qui suggère une sensation?
Attention, ne répondez pas à ces questions en fonction de ce que vous savez déjà, si vous avez l’habitude de vous rendre dans cet endroit, allez au delà. C’est justement en ne cherchant pas la rationalité dans votre perception que vous rejoindrez la voie de l’intuition.

forest-287260_1920

LE SILENCE PERMET A NOTRE SAGESSE INTÉRIEURE DE S’EXPRIMER:

Prendre l’habitude de s’isoler pour faire du silence en soi, en orientant nos pensées sur notre part intuitive, favorise cette subtile communication . Non pas en demandant à l’intuition de nous inspirer mais en ressentant l’intuition en nous. Elle peut avoir la forme que nous souhaitons, comme par exemple, celle d’un fleuve qui part de l’estomac (c’est son siège) et rejoint tranquillement le cœur. Contentez-vous de regarder l’eau couler jusqu’à ce que l’agitation de la vie se détache de vous. Restez comme ça, contemplatif, détendu, calme, puis retournez à vos occupations. Gardez à l’esprit que l’intuition est définitivement connectée à votre conscience, prête à s’exprimer à chaque occasion. Avec le temps, vous n’aurez plus cet effort à faire, le processus s’actionnera automatiquement.

girl-924903_1280

TÉMOIGNAGES

J’ai connu un paysan qui caressait la terre, en prenait une poignée dans la main, la sentait et se concentrait silencieusement en regardant le ciel. Il pouvait ainsi prévoir le temps sur plusieurs jours.

En touchant les murs d’une maison on peut éprouver les émotions qui se sont exprimées dans les lieux et avoir de précieux indices sur la vie des personnes. Je l’ai toujours fait avant d’acheter ou de louer un bien.

Je devais rejoindre en début de soirée, des amis avec une cousine. Le matin je me levais contrariée sans raison, cette sensation se dissipa après ma méditation mais quelque chose me dérangeait sans que je pus mettre un nom dessus. Au moment du départ, la voiture eut du mal à démarrer. Alors que je commençais à montrer des signes d’inquiétude, ma cousine insistait. Pour ne pas la décevoir, je cédais, nous partîmes. Une fois sur place, l’accueil fut parfait, la table merveilleusement dressée, des sourires, une ambiance chaleureuse. En embrassant la maîtresse de maison, mon mal être me dérangea à nouveau. La musique, la bonne chair, les rires favorisèrent la détente jusqu’à ce que mon verre se brise. Ma voisine de table s’écria en applaudissant ; « du verre blanc, c’est un mariage qui s’annonce! ». Je ne répondis pas parce que je ne l’entendais pas de cette oreille. A partir de là, je restais sur la réserve, assise dans mon coin, tandis que les convives se déhanchaient sur des rythmes latins.
Une heure plus tard, la femme qui surveillait les grillades, s’embrasa, je ne sais pas comment, certainement à cause  de son barbecue improvisé. Quelle angoisse ! elle fut sauvée à temps mais elle dut être transportée à l’hôpital en urgence. Des invitées s’évanouissaient, d’autres hurlaient, des hommes tentaient d’éteindre le feu qui prenait dans les herbes. Les pompiers arrivèrent, la fumée s’épaississaient, tous couraient dans tous les sens. Nous étions en pleine campagne, je tombais et me tordais la cheville en rejoignant mon véhicule, impossible de conduire. Ma cousine n’avait pas le permis, une centaine de kilomètres me séparaient de chez moi, à l’époque le portable n’existait pas. Ma cousine dût parcourir un bon kilomètre pour trouver une habitation et réveiller les habitants pour téléphoner. Elle dérangea un oncle à vingt trois heures qui vint nous chercher. Elle revint avec la robe déchirée par les ronces, en larmes parce qu’une de ses boucles d’oreilles était tombée quelque part, tandis que je geignais tant la douleur était vive. Mon intuition s’était exprimée.

digital-388075_1920

ANALYSE :

On peut voir dans ce dernier exemple la bataille qui se livre entre l’ego et l’intuition. L’un et l’autre prétendent détenir la vérité.
L’ego nous murmure:                                                                                                        — tu connais ces gens, ils sont sympathiques, avec eux tu vis toujours des soirées amusantes, c’est stupide de penser que ça va mal se passer. Tu as cette réaction parce que tu es un peu fatiguée, vas-y, ça va te requinquer. Ta voiture a du mal a démarrer parce qu’elle est vieille et puis ta mauvaise humeur est certainement dû à un rêve. Mais non n’interprète pas la sensation que tu as eu en embrassant la maîtresse de maison, tu viens de rouler des kilomètres sur des chemins de terre, ça épuise.
L’intuition rétorque, à partir du verre cassé, moment où j’eus la conviction qu’il allait se passer quelque chose :                                             — —Je te l’avais dit, j’ai envoyé tous les signaux que j’ai pu pour te prévenir. A cause de ton indifférence, tu vas devoir annuler tes déplacements professionnels, renoncer à ton week end au bord de l’eau en Camargue.
PS : l’intuition nous quitte quand nous sommes en colère ou tristes, énervés. Les émotions qui se rattachent à ces états, sont inspirés par l’ego.

Viviane Mercier