woman-1172723_1920

C’est quoi une bonne journée ?

C’est quand le positif  domine le négatif, quand on se sent bien, quand ce que l’on vit n’est plus ressenti comme un fardeau, quand l’humeur est détendue, quand l’horizon nous semble dégagé de soucis, quand on est heureux d’être ici et maintenant. Ça peut venir d’une bonne nouvelle, d’une ambiance sympa, ou encore, quand on finit ce que l’on avait commencé, de gentilles attentions ou paroles. Parfois on s’évalue « au beau fixe » dès le réveil, sans que l’on tente de chercher la source de notre état de « grâce ». Il arrive aussi, qu’une farandole de petites joies  contribue à cette bonne journée, on se sent bien, porté par la vie, poussé par des ailes invisibles.

feet-1599887_1920

Conséquences d’une bonne journée

La fatigue diminue, le sourire nous anime, ragaillardi par une énergie lumineuse, on a envie de partager ce bien être autour de nous. De nouvelles idées viennent généralement « nourrir » notre mental, le monde n’est plus un magma de souffrances mais une plaine ondoyante et ensoleillée, dans laquelle tout est possible. Nos maux physiques habituels s’estompent, cette sensation de poids intérieur, de stress, s’éloigne. Certains repensent à leurs projets, d’autres se revoient à la hausse, les mauvais scénarios n’ont plus le même impact sur eux. On refait un plein d’énergie qui va dynamiser l’existence.

 

woman-1602427_1920Provoquer une bonne journée

Là, je partais de l’hypothèse, où spontanément, on ressentait cet état de bien être mais on peut aussi provoquer cet état. On peut décider de créer une journée agréable, surtout quand le moral est en berne. Si ma journée commence mal, immédiatement je contre, en faisant quelque chose qui me donne de la joie ou qui me détend. Pour moi ce sera écrire, m’arrêter quelques minutes pour aller m’asseoir dans le jardin rêver ou encore lire, chanter, jouer avec mon chien …
Consciemment, je prends du temps pour moi, en me disant, je vais me faire plaisir. Durant cette détente, j’interdis à ce qui est venu me tracasser d’entrer dans ma tête. Quand une pensée négative se présente, je la renvoie.
Après ce moment, je reprends le cours normal de ma vie et je m’aperçois que la charge négative n’a plus la même importance, ne provoque plus la même douleur.

person-110303_1920   Le simple fait de réaliser que nos pensées sont nocives, de mettre de la distance entre notre problème et soi, facilite la pratique du  lâcher prise. Le lâcher prise, c’est regarder les évènements de la vie passer dans le fleuve de la vie sans état d’âme, on ne juge pas ces éventements en bien ni en mal, ils « sont », passent, nous traversent en tant qu’expérience vide d’émotions. cette attitude, diminue l’intensité de l’énergie négative, amoindrit l’importance de notre problème.  Testez !

Viviane Mercier.